5 raisons de kiffer le clip féministe et inclusif de Miley Cyrus, Mother’s Daughter

Blog post image

Tu croyais que Miley n’allait plus jamais te surprendre après Wrecking Ball ? Faux ! Avec Mother’s Daughter, la chanteuse américaine multifacette chante une ode à la liberté et au féminisme. Et forcement, on valide, et on te dit pourquoi ! 

Dans son total look en latex rouge, avec des dents à la place du vagin, Miley a de quoi choquer. Et c’est le but ! Puisque ce qu’elle revendique ici, c’est la liberté de chacun, et surtout la beauté de tous. Une fois qu’on se défait de l’impression de regarder un trip sous LSD, il y a de beaux messages à découvrir

View this post on Instagram

#MothersDaughterVideo out 9AM EST 🚨🚨

A post shared by Miley Cyrus (@mileycyrus) on

1. Les paroles, évidemment : « Dont fuck with my freedom ! »

Si la mélodie reste en tête, le plus kiffant dans cette chanson est quand même de chanter à tue-tête des paroles qui te parlent ! Nos lignes préférées ? « She got the power ! », et surtout « Don’t fuck with my freedom ». Notre nouveau slogan officiel. Notons que la chanson est avant tout un hommage à la maman de Miley, à qui elle doit sa fierté d’être unique. 

2. Des slogans féministes qui font réfléchir 

Qu’ils soient peints sur le corps ou qu’ils soient insérés à l’écran, des slogans 100% girl power ponctuent le clip. « Every woman is a riot » nous rappelle notre force et notre voix, tandis que « not an object » et « you are f****** beautiful » sont plus que jamais d’actualité. Notons aussi « virginity is a social construct » qui fait référence au puritanisme américain. 

3. La représentation de la différence à son paroxysme 

Là où le clip prend une tournure qui donne encore plus de power, c’est lorsqu’apparaissent les témoins auxquels Mylie donne la parole. Atypiques, hors-normes, ils crient de leur présence leur liberté, leur beauté. Une femme en obésité, une personne non-binaire, une mère allaitante, une jeune femme en fauteuil roulant, et bien d’autres encore, subliment ce clip. Parce que la représentation de la diversité est un enjeu crucial, et qu’il est fort de sens qu’une personnalité publique utilise sa voix pour l’honorer. 

4. Les portraits de chaque personne apparaissant dans le clip sur son compte Instagram 

Miley n’a pas fait les choses à moitié ! Elle réserve aux figurants de son clip (ou devrait-on dire les protagonistes, du coup) un post Instagram chacun. Ils y racontent leur histoire et la raison de leur présence à l’écran. Des portraits qui font prendre conscience du combat de chacun, et de l’importance de leur donner une plateforme. « All fat people deserve respect » nous rappelle que notre corps et ses défauts ne définissent pas qui nous sommes en tant qu’individu. Parmi les citations les plus touchantes, il y a aussi la suivante : « As a black girl in a wheelchair who happens to be trans, I fight for my freedom by being myself ». Plus d’histoires à lire sur le compte de @mileycyrus

5. Les tétons, les tétons, les tétons 

Instagram censure les tétons féminins, même si ceux-ci sont représentés pour une raison artistique ou pédagogique. Pas de problème pour le téton masculin, tu t’en doutes ! Miley proteste contre cette pudeur sélective en insérant des passages où deux bouées s’entrechoquent. Montrer les seins tels qu’ils sont, pourquoi c’est important ? Parce qu’il s’agit de dire un gros NON à l’hypersexualisation du corps féminin, et de faire accepter les tétons comme des éléments biologiques qui ne disent rien de notre sexualité juste parce qu’ils sont là. Miley va jusqu’au bout en affichant ses propres tétons dans sa combi en latex, de quoi inspirer les derniers réfractaires à sauter le pas du nobra. Pour le confort, et surtout pour le message fort.