#BeReal : quand la série The Bold Type inspire à être soi, même online

Blog post image

Le premier épisode de la saison 3 de The Bold Type est sorti cette semaine, avec son lot de surprises, et surtout d’émotions. Une séquence nous a marqué, et on tenait à la partager avec toi. L’occasion pour In’fluence Mag de revenir sur cette série qui nous tient à coeur : tu ne regardes pas encore ? Tu es déjà accro ? Dans les deux cas, on t’apprendra à l’aimer (plus encore) ! 

The Bold Type raconte le quotidien de trois nanas new-yorkaises qui bossent pour LE magazine en vogue : Scarlet. Elles partagent leurs histoires de coeur, leurs péripéties professionnelles, leurs hontes et leurs coups dures.  Ces working babes sont déterminées, spontanées, funs, et surtout elles savent faire entendre leur voix. Jane est rédactrice lifestyle pour le magazine, et se prend un chouïa trop la tête. Kat gère les réseaux sociaux et est en pleine recherche d’elle-même. Sutton rêve d’être designer mode et fonce quoi qu’il arrive. Tu t’identifieras forcément à une de ces héroïnes, pour leurs belles qualités ou leurs petits défauts qui nous font les aimer encore plus.

Une raison ultime de matter The Bold Type là, maintenant, tout de suite ? La série aborde avec justesse des thèmes plus durs comme le viol et l’abus de pouvoir, le harcèlement, l’égalité des sexes, l’homosexualité, le multiculturalisme, la lutte contre le cancer, bref, des tas de sujets de société qui nous touchent et qu’on veut voir davantage représentés.

Ce nouvel épisode ne fait pas exception et nous rappelle après un long break pourquoi cette série est un must-see. Kat est rappelée à l’ordre pour sa gestion de son compte Instagram : en tant que gérante des réseaux sociaux, même sur son compte perso, on attend d’elle qu’elle soit glamour et fabuleuse comme une Scarlet Girl.

Seulement voilà, notre belle métisse traverse une rupture et a bien du mal à faire semblant online. Elle décide de prendre son smartphone pour un message qui nous a touché droit dans le coeur.

On poste tout le temps des photos parfaites de nous-mêmes, à la place de montrer ce qu’on traverse vraiment. Donc voilà la vraie moi : le coeur brisée, après avoir rompu avec la seule personne que j’ai jamais aimé. Ma vie est géniale, vraiment, mais ça ne veut pas dire que je suis parfaite ou que je ne fais pas des erreurs de temps en temps. Je vais y arriver, je vais apprendre à y voir plus clair. Je pense qu’il est plus que temps d’être vrai les uns avec les autres, de partager ce qu’on ressent réellement, et d’être là les uns pour les autres. 

Kat Edison, The Bold Type, S03E01

Kat accompagne ce petit motivational speech du hashtag #BeReal, rapidement repris sur les réseaux sociaux. L’occasion de se rappeler qu’Instagram est ce qu’il est : un outil de divertissement, sur lequel on partage du rêve. Mais cet idéal est loin de correspondre avec la réalité au jour le jour de chacun. Il y a comme une crainte à partager du négatif online, comme si cela revenait à entrer dans un cercle vicieux. Mais commençons simplement par partager du vrai.

On a réuni quelques tips pour apprendre à avoir une relation beaucoup plus saine avec Instagram, et les réseaux sociaux en général :

  • Garder à l’esprit que les réseaux sociaux sont énormément basés sur l’image, et donc sur l’esthétisme. On partage par réflexe tout ce qui est beau, sur nous ou dans le monde. Normal d’avoir l’impression de naviguer dans un monde de bisounours. C’est a fortiori le cas pour les influenceuses : à quoi bon s’y comparer ?
  • Dans la vie sociale comme sur les réseaux, on a tendance à porter un masque. Pour se protéger, pour paraître, pour être accepté. Ce masque est plus ou moins opaque en fonction des personnes : on ne peut pas connaître quelqu’un ou son vécu par rapport à sa présence online.
  • Notre génération tente de trouver un sens à chaque action, et veut surtout tout décrypter. Arrêter de se sur-analyser pourrait être une première étape pour décrocher.