J’ai testé la culotte menstruelle et je t’explique tout

Blog post image

On sait tous aujourd’hui que les protections menstruelles classiques (tampons, serviettes,…) sont mauvaises pour l’environnement et pour notre santé. Ça fait quelques temps maintenant que je m’intéresse aux alternatives.

Il y a plus ou moins un an, j’ai testé la cup… Pour moi, ce fut un fail complet ! Je n’arrive absolument pas à la mettre ! Il paraît qu’il peut arriver à certaines femmes que ce moyen de protection ne soit pas compatible.

Du coup, je me suis tournée vers la culotte menstruelle, et je te fais un topo en faisant le tour de la question : le prix, l’absorption, les marques, le confort, l’entretien, le risque de fuite,… Prépare-toi un thé, un café, des pop-corn, des chips, tout ce que tu veux, parce qu’on va passer un petit moment ensemble !

Mon expérience

Commençons par le début. Personnellement, j’ai la chance d’avoir des règles pas trop abondantes qui ne durent que 4 jours en moyenne. Après, comme tout le monde, ça dépend du cycle.

J’ai commencé à me renseigner sur les culottes menstruelles il y a un petit moment mais était assez freinées par les prix. Puis, un jour, j’ai vu une pub sur Facebook pour la marque Blinx Underwear qui proposait un pack de trois culottes pour 30€. Ni une ni deux, j’ai sauté sur l’occasion sans même y réfléchir à deux fois (pur produit de consommation, je sais, me juge pas stp).

La livraison a été un peu longue (entre 2 et 3 semaines) mais apparement la production est faite en fonction du nombre de commandes, ce qui expliquerait ce délais. Après les avoir testées, je vais aussi essayer de répondre à toutes tes questions !

Voir cette publication sur Instagram

Adieu les produits toxiques ! Basta de productos químicos!

Une publication partagée par BLINX Underwear (@blinxunderwear) le

Les prix

Oui, les culottes menstruelles sont chères. Pas de surprise ici, il faut compter entre 30 et 60€ la culotte en fonction des marques. C’est un budget assez conséquent pour des protections hygiéniques. Mais n’oublions pas que même si l’achat est cher, l’économie sur le long terme est non-négligeable. De plus, les culottes menstruelles sont souvent fabriquées avec le soucis de l’environnement (je t’en parle plus en détails plus bas). En acheter, c’est déjà un acte militant.

Cependant, il existe des marques qui vendent des packs moins chers, comme celui que j’ai testé. Méfiance tout de même, car j’ai pu lire dans plusieurs articles que ces marques risquent d’être moins éthiques, moins transparentes et même de moins bonne qualité. Je pense qu’il est important de faire tes propres recherches avant d’acheter (pas comme moi).

Et si tu veux opter pour une marque plus onéreuse et soutenir les valeurs qu’elle défend, dis-toi que tu ne dois pas nécessairement en acheter 10 d’un coup ! Si tu peux t’en permettre une par mois où tous les deux mois, c’est déjà très bien.

Et puis certaines marques proposent des modèles plus abordables, comme Fempo ou la culotte parisienne.

L’absorption

Chaque marque précise la capacité d’absorption de ses protections. Il existe même des modèles spécifiques pour les flux abondants ! Pour les miennes, la marque présente une capacité similaire à 4 tampons. Comme je l’ai précisé plus haut, j’ai un flux léger, et je n’ai donc aucun problème à garder la culotte toute la journée, ou toute la nuit. Je n’ai personnellement jamais eu de problème de fuite donc autant te dire que, pour l’instant, je suis très satisfaite !

Une lectrice nous a posé la question du nombre idéal de protections pour un cycle complet. Sur leurs différents sites, les marques conseillent entre 3 et 8 culottes pour une utilisation nuits et jours.

Personnellement, j’en ai trois, ce qui me permet de les laver au fur et à mesure, avant de les mettre toutes en machine en fin de semaine. Cependant, une ou deux de plus me permettraient de ne pas avoir recours aux serviettes hygiéniques classique en cas de pertes plus importantes. Je dirais donc 4-5 pour un petit flux et peut-être 6-7 pour des flux plus importants. Mais encore une fois, ne te sens pas forcée de les acheter toutes d’un coup, prends le temps de tester et de faire ta transition à ton rythme !

Les marques

Il existe beaucoup de marques de culottes menstruelles. En me basant sur plusieurs articles, je te présente une liste non-exhaustive des marques les plus aimées. Je me suis focalisée sur les marques françaises ET made in France, parce que je n’ai malheureusement pas trouvé de marques belge (si tu en connais une, let me know !)

Ce sont aussi toutes des boutiques en ligne, je ne pense pas qu’on vende des culottes menstruelles dans des commerces classiques. Mais tu peux toujours essayer les magasins bio/zéro déchet ou les herboristerie près de chez toi!

Rejeanne
Fempo
Dans ma culotte
Elia-lingerie
Pourprées
Petites culottées
La culotte parisienne
Plim
Lunapads
Aglaé
So’Cup
Smoon

Le confort

Plusieurs facteurs entrent en compte sur ce point, comme la fabrication ou la qualité du tissu. Perso, j’ai eu un peu de mal la première nuit. En effet, les coutures sont assez serrées au niveau de l’aine, cela permettrait de sécuriser et d’éviter les fuites. Mais on s’y habitue, et sincèrement la sensation a vite été oubliée. Pour le reste, tout se base sur le choix de la culotte : à toi de bien choisir entre les différents modèles et coupes.

Il est certain que le confort d’une culotte menstruelle est nettement supérieur au reste des protections classiques, je pense notamment aux protections internes telles que les tampons ou même les cups. Si on les place mal, elles risquent de faire mal ou de fuiter. C’est la même chose pour les serviettes qui peuvent être inconfortables et créer un effet « couche ».

Parlons aussi des odeurs. Les règles, en soi, ne sentent pas mauvais, c’est quand elles macèrent (sorry pour l’image) dans les produits chimiques que l’odeur devient vraiment dérangeante. Les culottes menstruelles sont fabriquées de telle manière à ce qu’elles absorbent le sang sans le laisser à la surface, ce qui prévient les mauvaises odeurs. Ces tissus absorbants évitent également la sensation d’humidité.

L’entretien

L’entretien est assez facile, il suffit simplement de les rincer à l’eau froide en fin de journée pour enlever l’excès de sang avant de les mettre en machine. Perso, je les lave dans un sachet lingerie comme le reste de mes sous-vêtements. Vu que j’en ai trois, je les lave à la main avec un détachant liquide entre les machines et c’est parfait !

Valeurs

Ce mouvement de culottes menstruelles s’inscrit dans l’engagement éco-féministe qui relie les enjeux climatiques et le combat de l’égalité des sexes. Dans la plupart des cas, les marques concernées se positionnent par rapport aux problèmes de durabilité et de toxicité des produits menstruels classiques, mauvais pour la planète et pour nous (remember cette meuf qui s’est fait amputer la jambe à cause d’une infection due à un tampon? Creepy!).

Les culottes menstruelles (en général) se veulent sans composantes chimiques, avec des labels de tissus notamment le STANDARD 100 by OEKO-TEX. La plupart sont fabriquées localement où dans des conditions de travail éthiques. Beaucoup de marques reversent une partie de leurs bénéfices à des oeuvres caritatives.

En terme de body positivité, les 9/10 des marques que je cite ci-dessus ont une large game de tailles, allant parfois jusqu’au 50, ce qui permet à toutes les femmes de trouver chaussure à leur pieds (oserais-je dire culotte à leur vulve? ba dum tsss).

Pourquoi passer à la culotte menstruelle ?

Il ne reste plus qu’une seule question à te poser : est-ce que ce type de protections est fait pour toi ? J’ai réuni les facteurs qui pourraient te faire sauter le pas :

> Si tu n’aimes pas les protections internes comme les tampons ou la cup
> Si les serviettes ont tendance à te dégouter
> Si tu veux arrêter les protections hygiéniques nocives
> Si tu as un souci pour l’environnement et l’éthique
> Si tu recherches un certain confort
> Si tu souhaites soutenir des marques de valeurs

CLIQUE ICI !