J’ai un prénom à consonance étrangère et on m’appelle Monsieur alors que je suis une femme

Blog post image

Je ne pense pas qu’il doit en exister beaucoup des femmes qui, comme moi, doivent rappeler à longueur de journée qu’elles sont des femmes et non des hommes. Bon, d’accord, j’ai un nom à consonance étrangère. Mais est-ce vraiment une raison pour faire de moi automatiquement un homme ? Je vous explique.

PS : je suis une femme

Je suis journaliste de formation. Dans le cadre de mon métier, il m’arrive très souvent d’échanger par mail avec des personnes que je ne connais pas, des nouvelles personnes tous les jours. Ces personnes me répondent automatiquement par : « Cher Monsieur » ou encore « Monsieur Kaynak« . Au début, je me suis dit que des malentendus pareils pouvaient arriver de temps en temps. Même si c’est embêtant, je n’y voyais pas de mal. Mais ce malentendu s’est répété. J’ai donc décidé d’adopter une tactique : genrer toutes mes phrases. En somme, faire comprendre, à travers la langue française, que je suis une femme, sans devoir le préciser forcément. Mais cela n’a pas marché.

Ces contacts s’entêtent à m’appeler Monsieur malgré tous mes efforts. J’ai donc changé de tactique, je suis allée à l’affront. « PS : je suis une femme et non un homme« . Après de petites excuses, le court de la vie a repris. Je me suis posée alors plusieurs question par rapport à ce que l’on pourrait appeler un malentendu ou une toute petite erreur sans importance. Non. Il ne s’agit pas d’une erreur, j’y vois un phénomène plus général et qui peut s’expliquer.

La langue française favorise le masculin

Pour une personne lambda, qui ne connait pas la langue étrangère en question ou ne s’intéresse pas forcément à sa culture, un nom à consonance étrangère ne peut pas paraître masculin ou féminin. Ou alors il s’agit simplement d’une pensée subjective.

Pourquoi a-t-on cette envie, inconsciemment, de vouloir masculiniser tous les termes, prénom ou nom commun, que l’on ne connaît pas ?

Rappelons-nous que c’est exactement ce que fait la linguistique et la conjugaison. Dans un registre similaire, par exemple, le masculin l’emporte sur le féminin, et ce, même s’il y a 5 féminins contre un masculin. C’est une aberration de la langue française. Une aberration que l’on voit dans une moindre mesure dans d’autres langues, comme l’anglais, par exemple, où les termes sont neutres.

via GIPHY

Encore une fois, cette situation que je vis au quotidien montre à quel point « le masculin » est présent dans l’inconscient de tout un chacun. Il ne viendrait malheureusement à l’idée de personne d’appeler Madame une personne dont on doute du sexe. Nous vivons dans une société ou le masculin et l’usage que l’on en fait se sont immiscés dans les moindres recoins de notre comportement.

Evitons les erreurs, prenons le temps de vérifier

Pour l’anecdote, je dois vous avouer une chose. Il y a peu, je suis tombée sur une suggestion d’ami sur les réseaux sociaux. Une personne avec qui j’échangeais de temps à autre par mail au travail. Et en fait, j’y ai vu un homme sur la photo, alors que j’avais toujours imaginé qu’il s’agissait d’une femme. Pour ma part, le prénom m’avait paru féminin. Manoah, c’est proche de Manon, m’étais-je dit inconsciemment… Shame on me.

Si tu me lis Manoah, toutes mes excuses d’avoir conjugué mes phrases au féminin au lieu du masculin. Et pour ne plus tomber dans l’erreur, je vérifie dorénavant systématiquement sur les réseaux sociaux quand je suis prise d’une hésitation similaire à celle-ci.