Journal des bonnes nouvelles : 15 victoires du féminisme en 2019

Blog post image

Parfois, ça fait juste du bien de prendre une pause pour apprécier les avancées, petites ou grandes, qui, de près ou de loin, ont été permises par la popularisation des discours féministes. Qu’on le veuille ou non, l’onde a provoqué un choc. Pour terminer l’année en beauté, retour sur quelques victoires féministes de 2019…

1. L’engouement autour de la lutte contre les féminicides

Ils/elles étaient 10 000 à Bruxelles, 42 000 à Paris, à se lever contre les violences faites aux femmes et les féminicides. La demande est claire : un changement radical de politique. Un rassemblement d’une puissance jamais vue pour les droits des femmes. Un tsunami féministe semble s’être emparé de nos régions, à un point tel que l’Histoire ne pourra pas ne pas s’en souvenir.

2. La première sortie spatiale 100% féminine

Il aura fallu attendre 220 sorties spatiales en dehors de l’ISS pour qu’une équipe soit entièrement féminine. Jusqu’à maintenant, toute femme exécutant une sortie était toujours accompagnée d’un homme. Mais plus pour 2019, dont le mois d’octobre a consacré la première sortie féminine avec Jessica Meir et Christina Koch. Pour le moment, aucune mission entière n’a été exécutée que par des femmes. Mais 2020 pointe le bout de son nez…

NASA/Josh Valcarcel – Hasselblad H6D

3. La libération des femmes dans le cinéma

En novembre, l’actrice Adèle Haenel prenait la parole pour accuser le cinéaste Christophe Ruggia pour attouchements et harcèlement sexuel entre ses 12 et 15 ans. Plus tard, les collectifs féministes se soulèveront contre la sortie du nouveau film de Polanski, « J’accuse », lui même accusé par 6 femmes de violences sexuelles sur mineurs. Le film sera projeté dans de nombreuses salles, mais les manifestations des collectifs féministes auront certainement permis de déchirer le rideau trop opaque de l’impunité pour violences sexuelles dans le milieu du cinéma.

4. Le football féminin

2019 était définitivement une grande année pour le football féminin. Et pas uniquement grâce à Megan Rapinoe, superstar et ballon d’or engagée. Ada Hegerberg, joueuse norvégienne, portera sa voix pour dénoncer les inégalités du milieu. L’audience de la Coupe du monde féminine atteindra des sommets et sera retransmise sur les plus grandes chaines francophones. Women 1 – Machisme 0.

5. Les marques et les médias obligés de plier

En 2019, on a vu Victoria Secret s’écrouler. Mais on a aussi vu tout une frange de marques plier sous les revendications du public à nous montrer des corps réels. Les médias ne font pas exception à la règle, et les plus grands magazines féminins de France et de Belgique n’ont dorénavant plus le choix : exit les mannequins taille 32 et les listes de régimes sans fin !

6. Les femmes iraniennes entrent dans les stades

Alors que les manifestations et la répression qui les accompagnent embrasent les rues de Téhéran, il fallait tout de même relever une victoire féministe face à un régime islamique profondément inégalitaire. Toujours tenues à l’écart, elles sont tout de même près de 4000 à avoir passé les portes du stade Azadi de Téhéran, jusqu’à peu interdit aux femmes. Une petite avancée, certes, mais un pas de plus sur le chemin encore long vers l’égalité. 

7. Les manuels scolaires ajoutent le clitoris en France

En octobre et à l’occasion de la refonte des programmes de seconde, 5 manuels de Sciences ont enfin représenté l’organe sexuel de façon complète. C’est-à-dire concrètement le clitoris, organe à l’origine du plaisir féminin, et non plus en ne représentant l’appareil reproductif (utérus et vagin). 

8. Les voix féminines de 2019

2019 aura vu un bon nombre de voix s’élever. Des voix féminines. Nous avons déjà cité Adèle Haenel et Megan Rapinoe, nous ajouterons Greta Thunberg, Alexandria Ocasio-Cortez, Jacinda Arden (première ministre néo-zélandaise ayant touché pour son attitude exemplaire après les attentats islamophobes de ChristChurch), Nasrin Sotoudeh (Avocate iranienne militante pour les droits des femmes), Ursula von der Leyen (Première femme présidente de la Commission Européenne),… 

9. Première femme française Lauréate du Prix Nobel d’économie

En octobre, Esther Duflo gagne le prix Nobel d’économie pour ses travaux sur la lutte contre la pauvreté. Elle partage ce prix avec son mari et collaborateur dans ses travaux, mais est bien loin de disparaître derrière une ombre masculine. Considérée comme l’une des économistes les plus brillantes de ces dernières années, elle est la deuxième femme lauréate de ce prix Nobel, et la première française, un demi-siècle après la création du prix.

10. Les Saoudiennes peuvent voyager sans un homme

Depuis cet été, les femmes saoudiennes peuvent (enfin !) voyager sans homme. Avant cela, la demande de passeport et le passage des frontières nécessitait la présence ou l’accord de l’homme « propriétaire », à savoir un père, un frère ou un mari, les femmes étant considérées comme perpétuellement mineures en Arabie-Saoudite. Cette « petite » victoire est la première déchirure infligée à ce système de « gardiens » et promet de nouvelles avancées pour les années à venir. 

11. L’Académie Française a accepté la féminisation des noms des métiers

L’Académie Française a, comme à son habitude, tardé pour se résoudre à tolérer les avancées linguistiques. Le 28 février, elle se prononce en faveur de son ouverture à la féminisation des noms des métiers, des fonctions, des titres et des grades. Terrible nouvelle pour Finkielkraut, qui s’écharpait à propos du mot « Autrice » qu’il considère comme « terriblement laid » (Notons que personne ne s’est jamais scandalisé des mots tels que glaire, burnes, croupion, verrue, reblochon ou croute). Fabuleuse nouvelle pour toutes celles qui, comme nous, pensent que le langage forme la pensée autant que la pensée se dépeint dans le langage.

12. Cinq femmes à la tête du gouvernement en Finlande

A l’échelle mondiale, c’est une première. La Finlande, qui nous avait déjà habitué·e·s à être exemplaire en termes de parité, se voit dirigée par une coalition de 5 partis, tous menés par des femmes, dont 4 âgées de moins de 35 ans. Maria Ohisalo (Ligue Verte, ministre de l’Intérieur), Anna-Maja Henriksson (Parti du Peuple suédois, ministère de la Justice), Sanna Marin (Sociaux-démocrates, Première ministre) et Li Andersson (Alliance de gauche, ministère de l’Education) ont inspiré la population et, on l’éspère, ravivé les ambitions politiques d’un grand nombre de femmes.

Reuters

13. Un musée du vagin a ouvert ses portes à Londres

C’est probablement, après la poitrine, l’organe le plus fantasmé depuis les débuts de l’humanité. Et pourtant, rares sont ceux qui en comprennent réellement le fonctionnement. « J’ai découvert qu’il y a avait un musée du pénis mais pas d’équivalent pour le vagin, alors je l’ai créé ». Alliant didactique, art et science, l’exposition nous parle orgasme, règles, protections hygiéniques et anatomie. En bonus, le musée nous propose une boutique souvenir où il est possible de s’acheter un tas d’accessoires estampillés « Viva la Vulva ». C’est décidé, notre prochain city-trip sera londonien ! 

belgaimage

14. Miss Belgique ne sera pas diffusé en Flandre et sur une chaine francophone

En France, l’élection de Miss France s’est déroulée comme à son habitude, mais non sans les protestations des féministes. En Belgique, la Flandre et la chaine francophone Ab3 décident de ne pas diffuser l’émission. Les producteurs insistent sur « des questions de production » comme seules causes de cette décision et sur le fait qu’ils ne souhaitent pas revenir sur les polémiques. Polémiques ou pas, nous, on est ravies !

15. « Un violeur sur ton chemin » a fait le tour du monde

Tout a commencé au Chili. Yeux bandés et foulard autours du cou, une centaine de femmes frappent à coups de mots. S’enchaînent alors des chorégraphies dans le monde entier, jusqu’aux enceintes de certains Parlements. « Et ce n’était pas de ma faute, ni de l’endroit où je me trouvais, ni de comment j’étais habillée, le violeur c’est toi, ce sont les flics, les juges l’État, le Président, l’État oppresseur et un macho violeur ». Des mots qui cognent, des mots qui frappent.

AFP

Prêt·e·s pour 2020 ?