Pourquoi je ne crois pas en l’astrologie

Blog post image

Depuis mon plus jeune âge, les dernières pages de mes magazines contiennent les prédictions astrologiques ou les portraits de signes du moment. J’avais le sentiment qu’il était socialement acceptable de croire à l’astrologie en tant que meuf. Aujourd’hui, je me sens enfin prête à la dire : je ne crois pas en l’astrologie. Mon avis n’engage que moi, mais je suis à peu près certaine de ne pas être la seule à le partager.

Mais on s’en fiche de mon avis, non ?

Pourquoi je me sens aujourd’hui pertinente pour te parler de « pourquoi je n’aime pas l’astrologie » ? Parce que je me rends compte que l’astrologie fait intrinsèquement partie de l’évolution d’une jeune femme dans notre société. Elle s’impose forcément à nous toutes sans qu’on ne le veuille forcément. Je ne connais pas un seul magazine féminin qui déroge à cette règle.

L’astrologie semble être vue, par tout le monde, comme un centre d’intérêt logique des nanas. Bien sûr, j’ai tout le respect du monde pour les femmes qui s’en passionnent. Mais je ne vois pas pourquoi il serait logique qu’une femme aime absolument ça, et qu’aucun magazine féminin ne le remette en question. Cette croyance semble être la seule que les médias féminins se permettent d’imposer. J’aimerais que l’on se détache du schéma de base de la femme, qui forcément tend vers plus de sensibilité.

L’astrologie, super sexy

L’astrologie a pour qualité de revenir à un ressenti plus spirituel, détaché des formes de rationalités scientifiques qui se sont imposées depuis le siècle des Lumières. S’il y a une chose que je lui trouve de sexy, c’est son côté un peu sorcière. Les cristaux et l’astro sont des techniques importées des femmes qui, à une époque, furent brulées pour leurs croyances. En ce sens, l’astrologie, c’est badass.

En attendant, rien n’y fait, je m’agace à chaque fois que l’on m’annonce « toi, tu es un pur scorpion ».

On s’y retrouve tous 

On a déjà toutes rencontré cette personne en soirée qui te sort « t’es quel signe ? Aaah..Je le savais », avec un regard prêt à percer la profondeur de ton âme, bien que le seul fond qu’elle ait touché, c’est celui du verre. 

N’importe qui peut se retrouver dans les descriptions des signes, et pour cause : les signes ne sont tous que des appuis sur des facettes de personnalité que nous possédons tous. La passionnée, la curieuse, la calme… Je passe par toutes ces émotions en une seule journée. 

Par ailleurs, l’astrologie constitue pour moi un outil de simplification du monde. L’être humain n’est pas si doué que ça, il évolue dans un monde d’une complexité inouïe, et il a besoin de schémas, de stéréotypes pour pouvoir comprendre une infime partie de ce monde.

L’astrologie et les profils de signes constituent pour moi ces schémas simplistes. Il est plus confortable, lorsque l’on rencontre une personne, de prétendre avoir saisi, rien que par sa date de naissance, une partie de sa personnalité. C’est évidemment plus confortable de croire que l’on a une sorte de super pouvoir qui nous offre une fenêtre ouverte sur chaque individu. 

Mais alors, pourquoi on se retrouve parfois 100 % dans son signe ?

Que fait-on des personnes qui, pour le coup, ressemblent vraiment à leur signe ? Combien de fois je n’ai pas entendu « tu n’y crois pas et pourtant, t’es vraiment un scorpion ». Effectivement, le caractère que je montre aux gens est en totale adéquation avec mon profil d’astrologie, comme c’est le cas pour bon nombre de personnes. Je te le disais au début de l’article, depuis les débuts de mon adolescence, je suis en contact avec l’astrologie des magazines féminins. C’est là que selon moi se trouve un des mécanismes qui mène toute personne à développer des personnalités astro-true

A force de lire que je suis une femme passionnée et stricte par exemple, il est évident que j’ai induit ses traits de caractère comme « ma personnalité ». Lorsqu’à chaque fois que je lançais un regard noir à quelqu’un et qu’un autre me disait « t’es vraiment un scorpion », cela revenait à confirmer « ok, là, je suis moi ». Je ne me suis pas construire en fonction de mon signe, mais les traits de caractère que je possède, que nous possédons tous au final, se sont amplifiés aux yeux des autres.

Socrate disait que la plus grande intelligence était de se connaitre soi-même. En ce sens, l’astrologie permet d’ouvrir les premières portes de la complexité de chacun d’entre nous, car il permet de cibler certains aspects de nos personnalités. 

Par contre, cette simplification m’agace, car elle renie l’importance du vécu, des cadres sociaux et familiaux, économiques, qui forgent un individu dans toute sa complexité.