Top 10 des phrases pour introduire un sujet sexo sans tabou (et avec humour)

Blog post image

Parlons peu, mais parlons sexo sans tabou ! Parce que ce sujet a l’air si compliqué à introduire dans le cercle familial, conjugal et parfois même avec le spécialiste du sujet : le gynécologue. Voici 10 petites phrases typiques (et drôles) à dire pour se lancer. C’est un peu le lulu avant la bonne fournée quoi.

1. Avec ta maman : « Sans ton expertise sur le sujet, je ne serai pas né.e. Du coup, je pense que tu es la personne la mieux placée pour en discuter… »

Parce qu’un jour, ta maman a été ta place, qu’elle s’en souvient même si elle dit le contraire… et c’est une réelle personne de confiance. Mais précise bien que tu ne veux aucun détail sur ses relations avec papa ou beau-papa… 🙄

2. Avec ton papa : « Je sais que les princesses ne sont pas nées dans des choux, ce serait cool si on pouvait parler comme des adultes ensemble! »

Parce que ton père te voit toujours comme sa princesse, sa petite fille chérie, mais qu’il est temps qu’il remarque que tu grandisses… et que tu as besoin de ses conseils pour ne pas te faire avoir par de vilains crapauds.

3. Avec ton/ta partenaire : « En parlant de resto, on en profiterait bien pour parler du dessert qui vient juste après… »

Pour votre épanouissement mutuel, il est primordial et essentiel de pouvoir parler de cul en toute liberté. Et de créer un cadre de confiance et de compréhension… pour pimenter le tout !

4. Avec ton frère : « Frère, maintenant que j’ai l’âge légal pour aller sur Youjizz… »

Parce que c’est parfois si compliqué de décoincer ton frère sur ce sujet-là… il arrive que ton grand frère se montre que pire ton père. Comme s’il avait peur de faire face à ses propres responsabilités ! Calme-toi mon chou, tout ira bien.

5. Avec ta grand-mère : « A ton époque, c’était révolutionnaire la pilule ? »

Parce que, parfois, ta grand-mère peut être plus posée sur le sujet que ta maman. Car elle ne vit pas avec toi et peut avoir un recul intéressant sur le sujet… Au final, les relations amoureuses n’étaient pas si différentes dans les années 60 et 70.

6. Avec ta gynécologue : « Je pense qu’après l’épisode du spéculum, on est assez intimes pour parler de… »

Sérieusement ? Tu bloques encore ? Après tout ce que vous avez vécu ensemble ? Décompresse et souffle un bon coup ! Ton gynécologue est là pour t’écouter et te conseiller pour un mieux. PSST ! Le secret médical le rend muet comme une carpe en plus…

7. Avec ton prof : « Bon, la reproduction des cellules c’est cool. Mais est-ce qu’on pourrait parler de reproduction tout court ? »

Eh ! Tes professeurs sont censés être là pour te guider et te renseigner, notamment ta prof de bio ou de SVT qui donne un meilleur cours que les gens du planning familial qui sont venus te montrer comment poser un préservatif sur une banane… Si tu n’oses pas parler à tes parents, les profs sont là pour te conseiller et ouvrir la discussion.

8. Avec ton pote mec : « Tu préfères arrêter de faire l’amour pendant un an ou arrêter de te masturber pendant un an ? »

Ou tout autre dilemme drôle et insensé. Parler de sexe avec tes potes masculins ne te donnera pas une réputation de « pute » ou que sais-je… Au contraire, tu passeras pour la pote cool qui s’exprime librement et tu deviendras leur meilleure source d’info pour comprendre qu’il n’y a pas qu’eux qui ont une libido. C’est un truc de fille aussi (égalité bonjour) !

9. Avec ta meilleure pote : « Wow ! J’ai vu ce super truc passer sur le compte de @tasjoui… tu en penses quoi ? »

Parce qu’on a toutes une pote un peu plus frileuse sur le sujet… comment lui parler de sexe posément sans la gêner ? Comme si tu lui parlais d’infos générales : Instagram réunit les meufs, c’est prouvé !

10. Avec toi-même : « Entre moi et moi, il est temps de se poser pour apprendre à savoir ce qui me plaît vraiment ! »

Parce que, des fois, c’est d’abord avec toi-même que tu dois apprendre à te décoincer et à songer au sexe sans culpabiliser. Hey, c’est quelque chose de naturel ! Un besoin comme un autre : R-E-L-A-X !

Et si tu as besoin de conseils plus personnels et/ou privés : n’hésite pas à lire mon article sur la communication dans le dernier In’fluence Magazine ou à m’écrire un petit mot sur Instagram ! 😀